top of page
  • Photo du rédacteurArmes Garcia

#LeSaviezVous - Les Duellistes

Connaissez-vous l'histoire vraie qui a inspiré Ridley Scott pour son film "Les Duellistes" ? 🎥

C’est une aventure délirante, un duel qui dura presque vingt ans, une compétition infernale entre deux hommes.

François Fournier Sarlovéze, né à Sarlat en 1773 est sous-lieutenant des Dragons à 17 ans, puis Colonel des Hussards à 22 ans. Face à lui : "Dupont", qui est un peu comme le Saint Esprit, puisque tous les chroniqueurs en parlent, mais personne ne l’a jamais vu. Il y a peu de chance qu’il s’agisse du Comte Pierre Dupont de l’Etaing, ou de son frère Dupont-Chaumont. L’un en disgrâce au moment des faits, l’autre trop vieux.


Leurs fers se croisent, pour la première fois, à Strasbourg. C’est Fournier qui est blessé. Pour la revanche, c’est au tour de Dupont. Troisième rencontre, ils se blessent mutuellement... Puis Dupont rate l’adversaire, la balle rebondit contre une branche et blesse…un témoin. En peu de temps, la mécanique des duels s'emballe 🫢


Au bout d’une dizaine d'assauts, le Premier Consul décide de mettre un terme à cet exercice extravagant et Napoléon décide donc de les assigner à deux diverses unités dans l’espoir qu’ils se fassent tuer pour la gloire de l’Empire. Et, si possible, séparément ☝🏻


Pour autant les deux protagonistes n'en restent pas là et souscrivent une convention qui les oblige à « se donner un bon coup d’épée » chaque fois qu’ils se trouvent à une distance inférieure à 30 lieues l’un de l’autre.

Entre 1794 et 1813, les deux hommes comptabilisent une bonne vingtaine de duels, s’infligeant, avec une remarquable équité, le même nombre de blessures. Villes et campagnes deviennent le décor d’un curieux menuet dansé : à pieds ou à cheval, au rythme des coups de sabre, d’épée, ou de pistolet ⚔️


Comme c’est souvent le cas, c'est une femme qui va obtenir obtenir ce qui était hors de portée de l’Empereur. Avant de se marier, Dupont décide de mettre fin à ce jeu risqué et propose à son adversaire une dernière confrontation.


Moins fougueux, Dupont se retrouve avec ses armes encore chargées alors que son adversaire vient de décharger inutilement les siennes. La vie de Fournier lui appartient. Il lui propose alors de la lui laisser en usufruit, sous peine de confiscation à la moindre provocation. Fournier accepte et disparaît...


Après avoir passé leur vie à faire la guerre, ils meurent en paix. Fournier en 1827 et Dupont (probablement) en 1840, chacun dans son lit, les deux à Paris 🤭

Kommentare


bottom of page